samedi 4 juin 2011

Nono, Popy, 1980

Nono est LE robot emblématique de la série Ulysse 31, faire valoir et élément comique de la série, ce petit robot offert à Télémaque par son père Ulysse est gaffeur mais courageux et raffole des clous.

Il existe 2 versions de ce robot, une plastique boîte à bonbons, assez courantes, repérable à son poids et aux yeux qui ne sont qu'un autocollant, et cette version popy en métal, mais rarement en bon état ...

La bouche s'ouvre, le corps s'allonge, les bras pivotent. Non possède également une trappe sur le ventre dans laquelle il peut ranger ses clous par exemple... Sur l'exemplaire présenté ici, il manque la petite antenne sur la tête.


Le jouet possède une roue supplémentaire à l'arrière dont je ne m'explique pas la présence .. Plusieurs hypothèses :
- le jouet avait besoin d'un contre-poids pour l'équilibre ou d'un troisième pied pour tenir debout (la photo en dessous tendrait à montrer que non)
- Il est conçu d'après des croquis préparatoires du DA (mais alors là, je ne les ai jamais vus).


 Non n'est malheureusement pas à l'échelle des autres jouets de la gamme ... Un problème déjà vu sur d'autres gammes du fabricant... (Il était une fois l'espace par exemple) On le voit en comparaison avec Télémaque ... Il est bien trop grand et trop large. Dans la série, Télémaque porte régulièrement Nono dans ses bras comme un bébé, là il va devoir travailler les biceps...

C'est étonnant, quand on voit le travail de Popy sur certains petits robots (les premiers machine robo par exemple) on sait qu'ils avaient les capacités de faire un nono plus petit.

Une roulette a été rajoutée à l'arrière par rapport au dessin animé pour permettre à ce robot de tenir debout. Dans un dessin animé, on peut se permettre de créer des personnages qui normalement ne pourraient pas tenir debout ...

Nono est articulé aux épaules et aux hanches, ce qui permet de faire tourner bras et jambes.






C'est un peu un "must-have" ce Nono, mais il est vraiment hors de prix d'en trouver un en bon état.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire